Quelles assurances souscrire en tant que gérant d’un restaurant ?

 

Le restaurateur est exposé à plusieurs risques durant l’exercice de son activité. Pour être couvert le mieux possible, il est recommandé de souscrire à une assurance multirisque professionnelle. Cette assurance est-elle obligatoire ? Quels sont les risques couverts ? Est-ce que cette assurance sera suffisante pour assurer l’activité entière, ou faudra-t-il souscrire à des complémentaires ? Voyons les éléments de réponse à ces questions.

La couverture de la responsabilité civile professionnelle dans la restauration

Le restaurateur peut très facilement engager sa responsabilité civile professionnelle dans le cadre de son activité professionnelle. En effet, il peut, sans s’en rendre compte avant qu’il ne soit trop tard, causer des dommages à des tiers (les clients, les fournisseurs, ou même les employés), qu’il sera contraint par la suite de réparer.

Sans assurance pour le protéger, tout dommage financier sera entièrement à sa charge. Il faut noter que le risque de mise en jeu de la responsabilité est particulièrement élevé pour la profession de restaurateur.

Quelques exemples d’accidents ou de sinistres qui arrivent fréquemment et qui vont engager la responsabilité civile du restaurateur :

  • La chute d’un client, d’un fournisseur ou d’un employé à cause d’un sol humide dans votre local
  • Une brûlure accidentelle de votre client ou de votre employé lors d’un service à table
  • Une intoxication alimentaire des clients
  • Une partie de la décoration du restaurant qui tombe sur un client

L’assurance RC Pro couvrira le restaurateur pour tous les dommages survenus, que ceux-ci soient causés par le restaurateur lui-même, ses salariés ou les équipements du restaurant.

L’assurance multirisques bar restaurant permet au restaurateur de couvrir non seulement sa responsabilité civile mais aussi son local et les équipements et autres biens s’y trouvant.

L’assurance du local commercial

Il s’avère que l’assurance responsabilité civile professionnelle n’est pas suffisante pour protéger l’entièreté de l’activité du restaurateur. Il est fortement recommandé de souscrire additionnellement à une assurance spéciale pour le local du restaurant.

Cette assurance permet non seulement de protéger le lieu d’activité mais également les équipements et les biens du restaurateur qui se trouvent dans le local. Les risques que couvre cette assurance sont les suivants :

  • Le dégât des eaux;
  • Les bris de glace;
  • Les catastrophes naturelles;
  • Les incendies déclarés dans le local;
  • Les actes de vandalisme et les vols.

Il faut prêter attention aux exclusions stipulées dans le contrat. Tous les contrats ne fournissent pas la même couverture pour les mêmes risques.

Est-il obligatoire de souscrire à une assurance dans la restauration ?

Il n’est pas obligatoire pour un restaurateur de souscrire à une assurance multirisque, mais cette action est fortement recommandée. Nous l’avons vu, le contrat responsabilité civile professionnelle permet d’être couvert contre les dommages causés à des tiers, alors que le contrat multirisques permet d’être couvert contre les dommages matériels.

Il faut être conscient qu’un sinistre sur le local du restaurant ou sur le stock peut avoir de graves conséquences financières sur l’entreprise du restaurateur. Il convient donc au restaurateur de se prémunir contre les risques en souscrivant à une assurance afin d’éviter de lourdes charges financières éventuelles qui pourraient pénaliser la trésorerie.

Le prix moyen d’une assurance professionnelle restauration

Les tarifs pour l’assurance restauration dépendent de plusieurs critères, tels que la zone géographique où se trouve l’activité, la surface du local de restauration, le chiffre d’affaire réalisé (ou prévisionnel si l’entreprise est en voie de création), le niveau des garanties choisies et la souscription aux garanties optionnelles, et l’assureur en lui-même.

À titre indicatif, pour un restaurant type pizzeria d’environ 20 mètres carrés opérant dans la restauration rapide, situé dans l’agglomération de Lyon et réalisant un chiffre d’affaire d’environ 80 000 euros pour 5000 euros de capital mobilier, le tarif d’assurance serait d’environ 27 euros par mois.

Pour un restaurant type brasserie d’environ 150 mètres carrés opérant au centre de Paris dans la restauration traditionnelle et réalisant un chiffre d’affaires d’environ 300000 euros pour 20000 euros de capital mobilier, le tarif d’assurance serait d’environ 75 euros par mois.

Les garanties spécifiques de l’assurance restauration

Il est possible au restaurateur de souscrire à des garanties particulières qui correspondent à son activité, en plus de la couverture multirisque basique.

  • La garantie “arrêt de production de froid” : celle-ci permet d’être remboursé si l’installation frigorifique dans laquelle sont gardés les produits tombe en panne ou rencontre un problème de fonctionnement. L’indemnisation inclut la réparation de l’installation.
  • La garantie sommelier : elle permet au restaurateur de protéger sa cave et de recevoir une indemnisation si les bouteilles sont endommagées.
  • La garantie intoxication alimentaire : cette garantie permet d’indemniser les clients s’ils sont victimes d’une intoxication alimentaire suivant un repas chez le restaurateur.
  • La garantie couverture d’équipements spécifiques : elle offre au restaurateur la possibilité d’être indemnisé en cas de dommages causés aux équipements du restaurant tels que les lave-vaisselles, les chambres froides, les fours, les caisses enregistreuses etc.
  • L’assurance pertes d’exploitation : cette assurance peut s’avérer indispensable, elle permet d’être indemnisé pour le chiffre d’affaires non réalisé à cause d’une fermeture partielle ou totale du restaurant des suites d’un sinistre.

Les garanties vont varier selon le type d’établissement tenu par le restaurateur. Un propriétaire de restaurant de plage devra veiller, par exemple, à ce que le contrat couvre correctement les sinistres en cas de catastrophes naturelles telles que les tempêtes ou les inondations.

Les autres assurances pour le restaurateur

Les employeurs sont, depuis le 1er janvier 2016, obligés de souscrire à une mutuelle d’entreprise pour leurs salariés, équivalente au panier de soins ANI. La provision d’un régime de prévoyance est aussi obligatoire pour les cadres.

De plus, la convention collective de la Restauration (HCR) impose des remboursements minimaux de mutuelle santé qui soient supérieurs au panier de soins ANI, ainsi que la mise en place d’un régime de prévoyance pour les non-cadres. Le restaurateur doit donc souscrire à une assurance santé pour ses employés, quelque soit leur statut.

Les assurances pour le dirigeant

Certaines assurances spécifiques pour le dirigeant d’entreprise peuvent être prises en compte et souscrites par le restaurateur afin d’assurer la pérennité de son entreprise.

  • L’assurance véhicules professionnels : Elle permet au dirigeant d’être couvert si ses salariés (ou lui-même) ont un accident avec un véhicule de l’entreprise
  • La prévoyance restaurateur indépendant : Elle permet au dirigeant de maintenir son salaire s’il se retrouve en arrêt de travail ou pour aider les proches en cas d’invalidité ou de décès.
  • La mutuelle restaurateur indépendant : Elle permet de couvrir les frais de santé qui ne sont pas pris en charge par l’Assurance maladie.
  • L’assurance protection juridique : Cette assurance permet au dirigeant d’être représenté devant les tribunaux ou dans les règlements à l’amiable, en cas de litige. Le dirigeant peut aussi recevoir des conseils juridiques grâce à cette assurance.

Continuez votre visite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *