L’assurance de la micro-crèche privée

Une micro-crèche est une structure pouvant accueillir au maximum dix enfants ayant entre 0 et 3 ans. Pour les parents qui sont absents en journée, il s’agit là de la meilleure solution. En effet, laisser ses enfants à la micro-crèche, c’est les laisser en toute sécurité dans des locaux adaptés à des normes strictes, là où l’accueil est individualisé et où les actives se font en groupe.

Or, comme toute structure professionnelle, la micro-crèche privée doit elle aussi se plier aux règles et souscrire les assurances obligatoires. Tour d’horizon des assurances essentielles pour la micro-crèche privée !

Qu’est-ce qu’une micro-crèche privée ?

De nombreux professionnels de la petite enfance travaillent dans la micro-crèche, qu’elle soit publique ou privée. En effet, les enfants sont encadrés par des assistantes maternelles, par des éducateurs de jeunes enfants, par des agents de crèche et par des auxiliaires de puériculture.

Dans la micro-crèche, la sécurité et l’hygiène sont mises en avant. Les enfants sont constamment sous surveillance et sont encadrés lors des différentes activités proposées, y compris les jeux d’éveil. Là-bas, tous les âges sont mélangés. Les petits apprennent énormément de choses des grands et il y a de réels échanges et moments de partage.

Micro-crèche privée : quels sont les risques ?

Comme dans toute structure accueillant des enfants, la sécurité est un point essentiel dans la micro-crèche. Les responsables des micro-crèches doivent nécessairement faire le point sur les risques auxquels ils sont exposés et doivent surtout respecter leurs obligations en matière d’assurances professionnelles.

L’assurance responsabilité civile professionnelle, par exemple, doit obligatoirement être souscrite. Non seulement parce qu’elle est imposée par la loi aux métiers réglementés, mais aussi parce qu’elle permet de couvrir les dommages causés aux autres dans le cadre de l’activité professionnelle.

Les dommages causés par le dirigeant de la micro-crèche, par les employés et par les locaux sont couverts par cette assurance. Attention toutefois, car l’assurance RC Pro ne peut intervenir en cas de fautes graves, de fautes inexcusables et d’absence de qualification.

Les risques d’accident et de blessures sont également bien réels. Même si les professionnels de la petite enfance mettent l’emphase sur la sécurité, il peut arriver qu’un enfant se blesse dans les locaux ou qu’il blesse un autre enfant de manière volontaire ou involontaire.

De même, les enfants peuvent être victimes d’intoxication alimentaire si les règles d’hygiène ne sont pas bien respectées. Cela peut engendrer des litiges avec les parents qui demanderont forcément réparation et indemnisation. Avec les contrats d’assurance adaptés, il est possible de poursuivre les activités de la micro-crèche privée sans devoir dépenser une fortune en indemnisation et en dédommagement en cas de problème.

Il y a aussi les risques d’incendie, de dégâts des eaux, d’explosions et de catastrophes naturelles. Lorsque cela arrive, les locaux et les biens mobiliers peuvent être endommagés. Sans les garanties adaptées, vous devrez vous-même trouver les fonds pour procéder aux réparations.

Les conséquences financières peuvent être importantes. Il revient donc au dirigeant de la micro-crèche privée de s’assurer que toutes les garanties essentielles ont été souscrites et que l’activité professionnelle peut être exercée en toute sérénité.

Bon à savoir : l’assurance habitation ne peut pas couvrir les risques professionnels.

Les garanties à souscrire pour la micro-crèche privée

En plus de l’assurance de responsabilité civile professionnelle, d’autres assurances sont à souscrire comme :

  • L’assurance du local professionnel pour protéger la micro-crèche en cas d’incendie, de dégâts des eaux, de tempête, d’actes de vandalisme ou de vol.
  • L’assurance de protection juridique professionnelle pour bénéficier d’un accompagnement, d’un service de négociation et de gestion à l’amiable en cas de litiges avec un tiers.
  • L’assurance de perte d’exploitation pour pouvoir faire face aux charges fixes à la suite d’un incendie, d’une explosion, d’un dégât des eaux, d’un attentat ou d’un acte de terrorisme.
  • La multirisque entreprise pour couvrir l’ensemble des risques qui menacent les activités professionnelles de la micro-crèche privée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *