Jusqu’à quel âge est-il possible de faire un prêt immobilier ?

La majorité des établissement financiers couvrent l’emprunteur avec une assurance de groupe jusqu’à ce qu’il atteigne 75 ans, soit la fin du prêt. Ce qui permet théoriquement d’emprunter jusqu’à 55 ans sur une durée de 20 ans. Dans le cadre de la délégation d’assurance de prêt, la couverture peut être étendue jusqu’à 90 ans.

Vos revenus restent le principal critère des banques !

Par quoi une banque est-elle censée commencer lorsqu’on lui présente une demande de prêt immobilier ? Elle examine votre dossier, et en particulier vos revenus et la possibilité de les percevoir dans le futur. Elle détermine ainsi le risque qu’il y a à vous prêter de l’argent.

Plus le risque est grand, plus le taux d’intérêt qu’une banque offrira pour payer le coût du risque sera élevé. Elle peut également exiger une protection plus importante de votre assurance décès et invalidité. Dans certains cas, la banque peut décider de ne pas vous accorder de financement.

Tout d’abord, le prêteur se renseignera sur votre salaire. Sont-ils réguliers ? Quelles sont les probabilités qu’ils augmentent à l’avenir ? Quels sont les risques potentiels de perte de revenus dans les années à venir ?

Pour comprendre tout cela, il ne suffit pas de prendre en compte votre situation actuelle. Il s’agit surtout d’examiner vos perspectives sur plusieurs années. Cela dépend fortement de votre âge au moment où vous demandez le prêt ainsi que de votre âge à la fin du délai de remboursement. Notez qu’en raison des prix du foncier, les crédits immobiliers sont remboursés sur une échéance de 20 ans dans la grande majorité des cas.

Il n’y a pas de limite d’âge pour emprunter !

En principe, rien n’empêche les banques de prêter l’argent demandé, que vous ayez 20, 60 ou même 80 ans. La seule règle à suivre est de limiter les prêts à ceux qui ont l’âge légal, à savoir la majorité. Toutefois, l’âge peut constituer un obstacle à l’obtention du prêt.

Pour les jeunes de moins de 30 ans, il peut être difficile d’emprunter, pas d’apport personnel, une situation professionnelle encore précaire. Certaines banques ne sont donc pas disposées à prêter le montant nécessaire à l’achat d’un logement. La procédure pour obtenir un crédit immobilier peut donc être un peu difficile.

Les personnes âgées, en revanche, ont plus de poids pour convaincre les banques, mais la durée du prêt sera forcément plus courte. Beaucoup d’institutions financières n’ont pas de limite d’âge pour accorder des prêts aux retraités ou aux personnes âgées. Cependant, les risques liés au profil de l’emprunteur sont présents. Les offres de prêt doivent en tenir compte, notamment en ce qui concerne le délai de remboursement du prêt.

Coûts supplémentaires liés à l’assurance invalidité et décès

Le risque de maladie grave et, par conséquent, la possibilité d’une baisse de revenus sont plus élevés chez les seniors. En fait, lorsqu’on cherche à obtenir un prêt, le coût de l’assurance emprunteur est plus élevé pour les seniors que pour les jeunes travailleurs : 0,15 % à 0,30 % du montant total du prêt pour un jeune emprunteur et 0,50 % à 0,60 % après 60 ans. Après 70 ans, il n’est pas rare que les assurances décès et invalidité représentent plus de 1,20 % !

Le coût plus élevé du crédit pour les seniors est en grande partie dû à ces assurances car la probabilité de décéder avant la fin du remboursement du prêt est beaucoup plus grande. En d’autres termes, plus l’emprunteur est âgé, plus la banque doit prendre des risques et l’assurance est conçue pour se protéger contre ces risques.

Ainsi, plus vous vieillissez (surtout après 50 ans), plus il devient difficile d’obtenir un prêt à long terme, sur une période de 20 ou 30 ans par exemple. Il est donc important d’envisager des solutions complémentaires pour soutenir votre demande de crédit. Vous pourrez soit réduire le montant de l’emprunt et par rebond le prix total de l’assurance de prêt. Soit opter pour des montages plus complexes.

D’autres garanties pour un dossier solide !

  • Un apport personnel important : Les jeunes travailleurs ont souvent du mal à réunir un montant pour une mise de fonds, à l’inverse les personnes plus âgées peuvent avoir des économies importantes qui peuvent être utilisées pour un investissement immobilier.
  • Une garantie personnelle : Si vous avez un logement et que vous souhaitez acheter une résidence secondaire ou faire du locatif, vous pouvez utiliser votre habitation principale comme garantie pour le crédit. C’est un excellent moyen d’assurer la tranquillité d’esprit du prêteur.
  • Le prêt viager hypothécaire : Dans ce type de prêt, on vous accorde une rente ou un capital qui vous permet d’acquérir le bien. Si vous décédez, le prêteur devient propriétaire du bien. Le prêteur le revend alors, récupère le capital et les intérêts, et transfère le reste à vos héritiers.

Continuez votre visite